Piloté par un comité stratégique international, le programme des conférences AgeingFit a été pensé pour aborder les principales problématiques des secteurs du bien-vieillir et des soins aux personnes âgées : des grands enjeux financiers et réglementaires du marché aux dernières innovations en matière de santé, de nutrition et de soins.

Le programme 2022 est organisé autour de 5 parcours thématiques afin d’apporter un éclairage sur les enjeux de l’innovation en faveur du bien-vieillir, de la prévention aux soins.

SESSION PLÉNIÈRE

JOUR 1 – Mardi 1er mars

11h – 12h30

Optimiser les stratégies d’innovation en Silver Économie : Comment répondre aux besoins de personnes âgées de tranches d’âge distinctes et aux états de santé très différents ?

Il n’existe pas de personne âgée “type”. Bien que classifier la population des seniors par âge puisse sembler la manière la plus simple de segmenter le marché, cette approche met plutôt en évidence la nature arbitraire et relative des groupes d’âge. Certaines personnes ont, à quatre-vingts ans, des capacités physiques et mentales comparables à celles de jeunes adultes, tandis que d’autres connaissent un déclin important de leur santé à un plus jeune âge. En ajoutant à cela des différences significatives en termes de richesse et de culture, il en résulte un large éventail de situations et de besoins des personnes âgées, dont les politiques de santé publique et les innovateurs doivent tenir compte.

Comment offrir des solutions concrètes à une diversité de situations et de besoins ? Comment cette disparité affecte-t-elle les attentes des personnes âgées ? Quelle est la segmentation actuelle du marché des innovations en santé dans la Silver Économie et selon quels critères ? Quels sont les sous-secteurs les plus dynamiques ? Quel type de modèle économique est le mieux adapté pour répondre à cette demande complexe ? Quelle est la place de l’expérimentation et de la co-construction avec les utilisateurs potentiels dans les stratégies d’innovation ?

Modératrice: Jane Baratt, Secrétaire Générale, International Federation of Ageing

PARCOURS 1 : Accélérer le développement des innovations dans la Silver Économie

Ce parcours apporte aux acteurs de la Silver Économie un regard neuf sur les dernières mesures en vigueur, la régulation du marché ainsi que les sources de financement et d’investissement. L’objectif : permettre de s’orienter sur un marché en mutation, d’identifier les opportunités et d’innover avec succès.

JOUR 1 – Mardi 1er mars

17h15 – 18h15

Dans quelle mesure l’interopérabilité est-elle un outil de compétitivité dans la Silver Économie ?

L’interopérabilité est essentielle à l’innovation dans le domaine des soins de santé. À ce titre, pour réussir, les innovateurs doivent s’assurer que leurs solutions et applications peuvent s’intégrer avec les systèmes existants des établissements de santé et qu’elles fournissent et exploitent les données de manière appropriée et sécurisée. Quelles sont les clés pour concevoir des innovations interopérables en matière de santé ?  Comment gérer la sécurité et la confidentialité des données ? Comment assurer l’interopérabilité d’un dispositif ou d’une solution avant même de connaître ses utilisateurs ? La pandémie de COVID-19 a-t-elle permis de faire tomber certains des obstacles à l’interopérabilité ? Quelles sont les normes et les nouvelles solutions facilitant l’interopérabilité ?

Modératrice : Blanca Jordan, Responsable Internationale, Interopérabilité en Santé et Sciences du Vivant, Atos

  • Harriet Teare, Directrice de Recherche, RAND Europe
  • Jordi Piera Jiménez, Directeur du Bureau de la Stratégie pour la Santé Digitale, Sistema de Salut de Catalunya

JOUR 2 – Mercredi 2 mars

10h30 – 11h30

Quelles sources de financement pour développer des innovations durables en faveur du bien-vieillir ?

L’innovation dans le secteur du bien-vieillir est diversifiée et se caractérise par des sous-secteurs et des modèles commerciaux variés. Les sources de financement peuvent donc être tout aussi diverses, allant des fonds généralistes aux « business angels », en passant par les investissements publics et les subventions. Si ces fonds existent, le défi reste de s’assurer qu’ils sont destinés à des problématiques majeures liées au vieillissement et que celles-ci puissent être diffusées à plus grande échelle. Cette session donnera un aperçu de l’état actuel de l’investissement dans le domaine du bien-vieillir et des principaux acteurs qui y investissent. Quelles sont les sources de financement disponibles et quels sont les facteurs-clés pour attirer l’attention des investisseurs ? Quels types de modèles de financement et de collaboration à l’échelle européenne seraient les plus efficaces pour développer de nouveaux projets et entreprises ? Comment mobiliser concrètement les instruments financiers publics et privés et que peuvent faire les décideurs et les gouvernements pour les soutenir davantage ?

Modérateur: Andy Bleaden, Directeur de Communauté, ECHAlliance

14h – 15h30

Quelles sont les dernières initiatives pour mieux impliquer les seniors dans le développement des innovations en matière de santé ?

L’implication des utilisateurs finaux dans le processus d’innovation permet de développer des produits et services qui leur sont davantage adaptés, répondant à leurs besoins spécifiques et ayant ainsi de meilleures perspectives de viabilité sur leur marché. Comment inclure les personnes âgées dans ce processus d’innovation et de quelles manières concrètes y contribuent-elles ? Quels sont les principaux obstacles à surmonter pour mettre en place ces collaborations ? Les seniors doivent-ils être impliqués d’une manière différente des autres groupes de consommateurs ? Quelles structures ou plateformes existantes facilitent le co-développement d’innovations par le biais de tests avec les personnes âgées ? Ces solutions sont-elles fructueuses ?

Modératrice : Susie Ruff, Directrice Générale et Conseillère Executive, RUFF & CO. Business Innovation

PARCOURS 2 : Prévention et nutrition en faveur du bien-vieillir

Une nutrition adaptée est essentielle pour apporter des avantages concrets en matière de santé aux personnes âgées. L’évolution des besoins nutritionnels des personnes âgées, de leur perception sensorielle des aliments ainsi que de leur appétit, offre un potentiel d’innovation accru pour les chercheurs et les fabricants de produits alimentaires. Ce parcours donne un aperçu des derniers produits innovants, des percées scientifiques et des opportunités du marché de la nutrition et explore les comportements alimentaires des personnes âgées.

JOUR 1 – Mardi 1er mars

16h – 17h

Comment la nutrition peut-elle être utilisée comme une approche stratégique plus globale pour promouvoir le bien vieillir ?

La nutrition peut impacter de manière positive ou négative la santé tout au long la vie. Promouvoir une alimentation saine et une activité physique régulière, identifier les possibilités de réduire les facteurs de risque aux étapes clés de la vie sont des éléments essentiels de la prévention et du vieillissement en bonne santé. Quels en sont les facteurs déterminants ? Quelles sont les recommandations et les besoins à couvrir ? Comment une alimentation saine peut-elle conduire à un mode de vie sain ?  Qui sont les prescripteurs les plus à même de promouvoir une alimentation saine et de conseiller en matière de nutrition et d’activité physique ? Comment identifier les possibilités d’action et mettre en place une meilleure promotion de la santé ? Quel peut être le rôle de l’industrie alimentaire ?

Modératrice: Yaël Benvenisti, Directrice Générale, Mediterranean Towers Ventures

JOUR 2 – Mercredi 2 mars

9h – 10h

Point de vue des praticiens sur la prévention de la malnutrition : Pratiques alimentaires et besoins des personnes âgées

Ce panel réunira des gériatres, des diététiciens et des professionnels des soins, qui feront part de leur expérience et la manière dont ils évaluent et gèrent les besoins nutritionnels des patients ou résidents âgés. Quelle importance revêt la prévention de la malnutrition dans les soins qu’ils prodiguent ? Comment les soins nutritionnels sont-ils élaborés et quels sont les défis rencontrés ? De quelle marge de manœuvre disposent réellement les praticiens pour s’adapter aux besoins et au statut nutritionnel de chaque personne ?

  • Regina Roller-Wirnsberger Professeur de Médecine Gériatrique et de développement curicculaire basé sur des compétences, Medical University of Graz

11h45 – 12h45

Le rôle de la nutrition dans le rétablissement des personnes âgées atteintes de COVID-19

Pour la plupart des patients âgés, la sévérité de la pathologie COVID-19, couplée à une éventuelle malnutrition préexistante ou à des comorbidités, peut conduire à de sérieuses problématiques nutritionnelles. Après une longue période de soins intensifs, les personnes âgées ayant contracté la maladie de COVID-19 peuvent avoir besoin d’un soutien nutritionnel continu, adapté à leurs besoins individuels, pour se rétablir complètement. Que montre les derniers résultats de recherche en termes de statut nutritionnel et de récupération ? Quels peuvent être les impacts durables du COVID-19 sur la santé des personnes agées et quel parcours de soins nutritionnels mettre en place en conséquence ?

PARCOURS 3 : Diagnostic et traitement des pathologies liées à l’âge

Si le vieillissement en soi n’est pas une maladie, il est souvent accompagné de toute une série d’affections. Ce parcours se concentre sur les projets de recherche en cours et les derniers développements dans notre compréhension des mécanismes qui sous-tendent la fragilité et les conditions liées à l’âge, sur la manière de mieux diagnostiquer et de cibler une série de maladies courantes chez la personne âgée et sur la manière dont cette recherche peut conduire à une meilleure prévention.

JOUR 1 – Mardi 1er mars

9h – 10h30

Biologie du vieillissement et longévité : Qu’en savons-nous aujourd’hui et comment cela affecte-t-il le développement de la recherche ?

Que savons-nous réellement de la biologie du vieillissement et de la relation entre vieillissement et développement des maladies liées à l’âge ? Existe-t-il un consensus sur ce qu’est la biologie du vieillissement, sur son cadre de recherche et sur ses orientations ? Où en sommes-nous en termes de recherche clinique et de traitements des principaux problèmes de santé liés à l’âge ? Quelles avancées de la recherche pourraient favoriser le bien-vieillir dans les dix prochaines années ? Les collaborations sont-elles la clé pour combler les lacunes encore existantes dans ce domaine ? Qu’en est-il du financement ? Ce domaine de recherche est-il attrayant pour les investisseurs en phase de démarrage ? Quels avantages économiques et sociaux peut-on en attendre ? Où faut-il tracer la ligne éthique ?

14h – 15h30

La fragilité chez les personnes âgées : Bonnes pratiques en matière de diagnostic, d’évaluation, d’accompagnement et de traitement médicamenteux

La fragilité est généralement définie comme un syndrome associé au vieillissement naturel et à ses conséquences en termes d’affections multiples de longue durée, et se caractérise par un déclin des fonctions et des appareils de l’organisme. L’identification et l’évaluation de la fragilité sont donc essentielles pour fournir des interventions gériatriques adaptées, mais restent difficiles. Comment dépister et détecter la fragilité ? Comment évaluer le niveau de fragilité ? En existe-t-il des marqueurs biologiques et cliniques clairs ? Quels sont les outils ou dispositifs médicaux actuels pour détecter et accompagner les personnes âgées fragiles ? Quels sont les derniers enseignements de la recherche dans ce domaine ? Quelles sont les clés pour adapter les interventions gériatriques et éviter la multimorbidité ?

JOUR 2 – Mercredi 2 mars

10h30 – 11h30

Maladie d’Alzheimer : Vers de nouvelles pistes diagnostiques et thérapeutiques

L’allongement continu de l’espérance de vie a entraîné une augmentation rapide du nombre de patients atteints de la maladie d’Alzheimer. La recherche dans ce domaine s’est ainsi intensifiée, se concentrant sur la découverte de médicaments et dispositifs en faveur de la prévention et la guérison de la maladie. Où en sommes-nous en termes de recherche en génétique humaine et de compréhension des maladies neurodégénératives ? Quels ont été les progrès en matière de diagnostic précoce ? Quelles sont les objectifs des traitements futurs ? Quelles sont les infrastructures, les sources de financement et les incitations actuelles pour accélérer la recherche dans ce domaine ?

  • Sotiria Moza, Neuropsychologue Cognitive, MAT Noesis Cognitive Center and Tech Solutions Ltd

PARCOURS 4 : L’innovation dans les établissements de soins

Comment les établissements de soins résidentiels répondent-ils à la croissance de la population âgée ? Quelles sont les voies d’innovation en matière de soins de longue durée ?  Comment les établissements s’adaptent-ils dans leur manière de fournir des soins et dans leurs interactions avec leurs parties prenantes ?  Ce parcours a pour objectif de passer en revue les initiatives les plus récentes, les nouvelles collaborations et les modèles organisationnels innovants à l’échelle européenne.

JOUR 1 – Mardi 1er mars

9h – 10h30

Comment les technologies peuvent permettre aux soignants de dégager du temps au profit des résidents ?

Dans la prise en charge des résidents, le personnel des établissements de soins est souvent accaparé par les tâches quotidiennes et connaît par ailleurs une pression accrue dans le contexte de la pandémie de COVID-19. Le bien-être physique et mental du personnel peut ainsi être affecté et la qualité des soins prodigués aux résidents peut s’en trouver fortement diminuée. Dans un contexte où il faut souvent essayer de faire plus avec moins de ressources, les technologies innovantes et les systèmes intelligents peuvent s’avérer bénéfiques et améliorer l’efficacité des processus au sein des établissements de soins. Quelles sont les possibilités d’utilisation de ces technologies pour réduire la charge du personnel soignant ? Comment peuvent-elles participer à l’accroissement de l’autonomie des résidents ? Dans quelles mesures ces outils peuvent-ils permettre d’augmenter le temps dont disposent les soignants au profit d’interactions autres que celles purement orientées sur le soin ?

Modérateur: Ad van Berlo, Directeur R&D, Smart Homes

16h – 17h

La réalité virtuelle dans les établissements de soins de longue durée: Quels bénéfices pour la santé physique et mentale des résidents ? 

La réalité virtuelle, délivrée par des casques immersifs, offre la possibilité de proposer des interventions pour améliorer les problèmes de santé physique, mentale et psychosociale. Comment les dispositifs de réalité virtuelle sont-ils adaptés aux soins des personnes âgées ? Comment sont-ils perçus par les résidents et le personnel ? Quelles en sont les utilisations pour les soignants en Ehpad ? Quels sont les effets de la réalité virtuelle sur la santé mentale des personnes âgées ? Quelles sont les mesures en faveur du déploiement de cette technologie et quels en sont les obstacles ?

JOUR 2 – Mercredi 2 mars

11h45 – 12h45

Vers une plus grande continuité de soins : Comment les établissements de soins adaptent-ils leur proposition de valeur en se développant sur le marché des soins à domicile ?

En termes de politique publique, la tendance aujourd’hui en Europe est plutôt de favoriser les soins à domicile. Les personnes agées préfèrent vieillir chez elles si elles en ont la possibilité, et cela reste moins coûteux en ce qui concerne la prise en charge. Les établissements de soins restent pourtant essentiels pour les personnes nécessitant un soutien médical renforcé, leur image ayant toutefois été significativement affectée par la pandémie de COVID-19. Quel doit être l’avenir des établissements de soins ? Comment ces structures répondent-elles à l’évolution des pratiques de soins ? Quels défis majeurs ces acteurs rencontrent-ils pour fournir de nouveaux services à domicile ? Quels sont leurs principaux atouts ? Comment la technologie accélère-t-elle leur diversification vers le domicile ? Les Ehpads peuvent-ils légitimement se positionner comme des acteurs clés de la coordination du parcours de soins de la personne âgée entre la ville, le domicile et l’établissement sanitaire ou médico-social ?

Modérateur: Stefan Kroll, Affaires Internationales et Développement Commercial, Conseil d’Administration, terzStiftung

  • Jane Baratt, Secrétaire Générale, International Federation of Ageing

PARCOURS 5 : Technologies et services pour bien vieillir à domicile

La majorité de la population âgée aspirant à vieillir à domicile, ce parcours se concentre sur les défis à relever pour faciliter l’accès aux soins et préserver l’autonomie dans le logement. Quelles sont les pistes innovantes pour construire un système de soins qui réponde aux attentes des personnes âgées tout en garantissant leur sécurité ? Dans quelle mesure repense-t-on l’ensemble des espaces de vie et conçoit-on des solutions adaptées aux besoins des personnes âgées ?

JOUR 1 – Mardi 1er mars

14h – 15h30

Comment adapter les technologies numériques existantes aux besoins des personnes âgées à domicile ?

Comment les technologies sont-elles conçues aujourd’hui et à quel niveau doivent-elles être adaptées pour accompagner le bien-vieillir ? Dans quelle mesure les assistants vocaux, les tablettes et les smartphones sont-ils utilisés par les personnes âgées à domicile et à quelles fins ? Comment les grands acteurs tels que les géants de la technologie se positionnent-ils sur le marché du soin à domicile ? Quelles sont les perspectives pour développer des technologies évolutives tout au long de la vie ?

Modérateur: James Somauroo, Directeur Général et Co-Fondateur, SomX 

JOUR 2 – Mercredi 2 mars

9h – 10h

Quelles sont les clés pour créer des services de soins innovants et intégrés permettant de vieillir chez soi ?

Comment différentes organisations telles que les hôpitaux, les prestataires de soins locaux et les associations peuvent-elles travailler ensemble pour fournir de meilleurs services et soutenir les personnes âgées à leur domicile ? Cette session proposera des exemples innovants en matière de coopération entre les services et prestataires de santé, afin de planifier et de coordonner l’accompagnement des personnes âgées à domicile.

Moderator: Carina Dantas, Directrice Générale, SHINE 2Europe

16h – 17h

Comment rendre les logements existants plus intelligents pour favoriser la prise en charge et le bien-vieillir chez soi ?

Avec l’âge, les déficiences physiques ou les handicaps qui rendent la vie quotidienne plus difficile deviennent plus probables. Investir dans l’adaptation des logements permet d’améliorer le bien-être de ses habitants, de limiter les admissions à l’hôpital et d’éviter ou de retarder les placements en établissement. Quelles sont les bonnes pratiques en matière d’adaptation de logements existants ? Quels sont les exemples d’approches innovantes et novatrices permettant aux gens de continuer à vivre chez eux plus longtemps ? Comment intégrer des équipements intelligents et dans quelle mesure permettent-ils de mieux vieillir chez soi ? Comment une maison connectée contribue-t-elle à une meilleure qualité de logement et comment faire en sorte que davantage de personnes âgées soient connectées d’une manière qui leur convienne dans leur logement actuel ?

Partager cette page :