Communiqué de Presse Paris, le 12 janvier 2021

 

Aide à la récupération du goût et de l’odorat post-COVID

Une application novatrice qui pourrait aider les patients avec une anosmie prolongée induite par la COVID-19 à récupérer leur odorat est gracieusement mise à disposition à compter du 12 janvier 2021 par la société Kelindi, à l’origine du site maladiecoronavirus.fr avec 13 millions d’utilisateurs.

Elle est accessible à tout internaute sur https://covidanosmie.fr.

Conçue par le Professeur Fabrice Denis , validée par un board d’experts (ORL et neurobiologistes) et l’association www.anosmie.org , cette web-application accompagne les patients avec un protocole de rééducation à la maison et les aide à évaluer leurs résultats. La démarche de conception centrée patient a impliqué dès le début de l’aventure l’association anosmie.org présidée par M. Jean-Michel Maillard.

 

Cette anosmie est un symptôme présent chez 40 à 80% des patients et ne dure en général qu’ 1 à 2 semaines. Cependant, chez près d’un patient sur 5, elle peut durer au-delà voire plusieurs mois. Or, la rééducation olfactive est une technique validée dans les anosmies post-infectieuses depuis 2014 et recommandée par les sociétés savantes pour accélérer la récupération avec près de 63% d’amélioration de l’anosmie

précise Fabrice Denis.

 

Les troubles de l’odorat doivent être pris très au sérieux et sans attendre. C’est pourquoi notre association ‘anosmie.org’ forte de ses travaux et de son expertise en la matière, a souhaité apporter tout son soutien au développement de cet outil d’accompagnement à la rééducation olfactive

indique Jean-Michel Maillard

 

Le protocole, validé par le Professeur Morinière , chef du service d’ORL du CHU de Tours, repose sur l’inhalation deux fois par jour de 4 huiles essentielles spécifiques à forte concentration jusqu’à récupération et pendant 16 semaines au maximum, avec une visualisation hebdomadaire des résultats. Une évaluation scientifique des données des utilisateurs qui accepteront de participer à une étude clinique non-nominative sera réalisée.

Elle validera le taux et la vitesse de récupération de l’odorat dans cette indication particulière liée à la COVID-19.

Cette première mondiale est proposée en priorité aux patients Français, avant une internationalisation déjà prévue pour les marchés germanophones et anglophones.

Des éléments graphiques sont disponibles sur demande : support@covidanosmie.fr.

 


 
À propos de Kelindi :

Kelindi a vocation à allonger l’espérance en bonne santé de l’humanité. En étant à vos côtés dans les tranches de vie les plus structurantes, en faisant bien grandir vos enfants et en aidant vos parents à bien vieillir. Pour cela, nous créons des applications pour permettre aux patients de comprendre et organiser leur santé en autonomie. Nous orientons les patients vers leurs parcours de soin au moment opportun, par la détection précoce des maladies tout au long de la vie. Chaque projet fait l’objet d’une évaluation clinique rigoureuse et d’une évaluation systématique en vie réelle. Kelindi est dirigé par Florian Le Goff , entrepreneur et ingénieur spécialisé dans la e-santé et Fabrice Denis, Professeur associé de médecine spécialisé en e-santé et IA. Kelindi a été créé en 2020 après 1 an d’incubation chez Eurasanté en lien avec le CHRU de Lille. Elle se prépare en 2021 à lever des fonds pour généraliser ses applications grand public de détection précoce de maladies et se destine à un projet global. Ses applications ont déjà été utilisées par 13 millions de personnes.

Contact : Florian Le Goff, hello@kelindi.com , +33 3 66 72 59 06

 

À propos de l’association ‘ www.anosmie.org ’ :

L’association créée en novembre 2017 est composée de 22 ambassadeurs du monde scientifique, médical, paramédical, médiatique mais aussi de bénévoles venant en soutien aux personnes. Elle apporte des réponses et du soutien au quotidien à tous ceux qui souffrent. Elle met à disposition gratuitement tous ses travaux depuis sa création. Ses objectifs sont nombreux comme par exemple la création d’un test de l’odorat chez les enfants lors de leur visite médicale scolaire mais aussi la réhabilitation du sens de l’odorat et ainsi le développement de la culture olfactive en France.

Contact : Jean-Michel Maillard, jm.maillard@anosmie.org , +33 6 48 13 02 14

L’article Kelindi – Aide à la récupération du goût et de l’odorat post-COVID | Communiqué de presse apparaît en premier sur Eurasanté.

Rencontre avec Rémi Pradelles, Chief Development Officer & Jonathan Maury, Clinical Research Manager chez Microphyt

« Microphyt c’est une seule et même structure capable de partir d’une souche de microalgue pour en créer un produit final en réunissant tout sur place : les compétences et le savoir-faire. Si nous devions résumer l’expertise de Microphyt : c’est une chaîne de valeur entièrement maîtrisée, de l’amont (la cellule de microalgue), jusqu’au produit fini (des ingrédients actifs uniques aux propriétés exceptionnelles), en passant évidemment par tous les aspects de sécurité et d’efficacité. »

Pouvez-vous nous expliquer, en quelques mots, la finalité de votre entreprise ?

Les missions principales de Microphyt sont de favoriser le bien-être et le bien vieillir par l’intermédiaire d’approches innovantes, naturelles, durables et surtout tournées sur un axe préventif. Nos deux marchés cibles sont la cosmétique et la nutraceutique et nous sommes concentrés sur l’accompagnement naturel du corps humain tout au long de la vie.

Pour cela, notre vision est d’aller puiser dans la biodiversité une ressource encore trop peu exploitée au vu de son potentiel : les microalgues. Nous avons donc développé un savoir-faire propre à Microphyt. En effet, nous sommes capables de produire industriellement des espèces de microalgues uniques, grâce à notre technologie de culture en photobioréacteur*, et d’aller chercher au cœur de ces microalgues toutes les familles de molécules qui leurs sont propres et qui nous permettent d’avoir des actions très particulières et innovantes.

La singularité de Microphyt est que nous maîtrisons tous nos processus, que cela soit de la culture de microalgues jusqu’à la fabrication d’extraits et leur mise sur le marché. Tous les procédés qui interviennent en « amont » (de la R&D jusqu’à la phase pilote et industrielle de production) ont été internalisés.

* Technologie de photobioréacteur CAMARGUE développée et brevetée par Microphyt : système de culture de la biomasse microalgale, qui reproduit le milieu naturel par hydro-biomimétisme

Quels sont vos prochains projets ?

Nous travaillons actuellement sur de nouveaux extraits et de nouveaux ingrédients qui sont à divers niveaux de maturité et sur différentes cibles, que ce soit en cosmétique ou en nutraceutique.

En cosmétique, nous travaillons sur des projets pour essayer de comprendre la peau dans sa globalité, c’est-à-dire comme un organe complexe, qui est à la croisée de beaucoup de chemins. Le tout pour arriver à un bénéfice qui pourra être visualisable par le client.

Concernant la nutraceutique, nous avons des projets sur l’accompagnement de l’activité sportive en fonction des âges, mais aussi des projets sur la gestion métabolique. Pour 2021, nos projets portent plus particulièrement sur un produit unique et très prometteur pour lequel de nombreuses démarches ont déjà été réalisées ou validées, notamment au niveau R&D et réglementaire. Ainsi, nous allons pouvoir commencer dès janvier plusieurs essais cliniques qui confirmeront l’efficacité et les bénéfices réels de notre produit.

Notre approche de développement produit étant totalement innovante, nous devons apporter des preuves scientifiques qui vont au-delà, tout en étant complémentaires, des preuves sur des modèles in vitro ou des modèles animaux. En plus de la constitution de dossiers d’autorisations de mise sur le marché de nouveaux produits innovants ou encore d’allégations de santé, cette approche scientifique nous permet d’assurer un transfert optimal des ingrédients développés en R&D vers une commercialisation à l’échelle internationale.

En parallèle nous travaillons sur de nouveaux produits innovants qui sont un peu moins avancés en termes de développement ou de démarche réglementaire et qui nous permettront à termes d’élargir nos domaines d’applications comme par exemple la mobilité des personnes âgées.

Qu’est-ce que vous qualifieriez comme votre plus grande fierté ou réussite ?

Notre plus grande fierté est l’habilitation donnée par la FDA à notre nouveau produit Brainphyt, qui est l’aboutissement de plusieurs succès tant aux niveaux du développement R&D, de la production à échelle industrielle que de la structuration de l’ensemble des aspects réglementaires. En effet, ce produit est né grâce au projet SMILE, financé par la Commission Européenne au guichet Instrument PME Horizon 2020, sur lequel nous avons été sélectionnés à deux reprises (nous sommes d’ailleurs les seuls acteurs de l’économie bleue en France à avoir été retenus).
Ce fut autant de preuves des compétences de Microphyt et de ses collaborateurs pour donner confiance aux investisseurs afin d’accélérer notre développement dans les prochains mois et années.

Nous sommes aussi fiers car nous nous développons à l’international, avec la commercialisation de nos produits sur les marchés aux Etats-Unis mais aussi en Europe et dans d’autres régions du monde.

Toutes nos fiertés sont collectives, car tous nos départements internes travaillent main dans la main et elles sont des preuves de notre compétence et de notre savoir-faire.

Quelles répercutions a eu la crise de la COVID sur votre cabinet ?

Sur la partie développement des études cliniques, la crise de la COVID-19 a en effet rallongé certains délais mais nous avons essayé de tirer des conséquences positives de cette situation. Cela s’est notamment matérialisé par le retour des consommateurs à une envie de consommer plus naturel, durable et made in France. Ainsi, cela nous conforte dans notre perspective de développement.

La crise sanitaire nous a aussi permis d’accélérer notre virage numérique notamment en termes de communication. Depuis le mois de novembre nous avons donc mis en ligne notre nouveau site internet** et mis l’accent sur la digitalisation de nos activités marketing et commerciales avec la participation à de nombreux webinaires et l’animation de notre page sur LinkedIn**.

Pourquoi êtes-vous membre de Clubster NSL, qu’est-ce que cela vous apporte ?

Tout d’abord, Clubster NSL nous apporte de la transversalité. Pour innover, et comme le dit le proverbe « Si seul on va vite, ensemble on va plus loin ! ». Ainsi, cela permet d’avoir une bonne visibilité sur de nombreux métiers, de savoir-faire, de technologies et d’approches différentes. C’est aussi un formidable catalyseur d’idées, d’innovations, de formations et de partenariats. Être membre de Clubster NSL nous permet de nous ouvrir à d’autres thématiques mais aussi d’autres visions et cela peut être un soutien de taille dans l’accompagnement et le montage de certains projets.

Par exemple, les webinaires organisés régulièrement par le Clubster NSL ont permis de nous mettre en contact avec des partenaires nationaux, et ont donc facilité nos interactions pour trouver les bons partenariats et optimiser le développement de nos projets.

Comment définiriez-vous Clubster NSL en 3 mots ?

  • Réseau
  • Innovation
  • Silver Economie

 

The post Découvrez l’un des membres du réseau : Microphyt appeared first on Clubster NSL.

Qu’est-ce que le chèque relance export ?

C’est un dispositif d’aide destiné à soutenir les entreprises dans leur développement export et leur reconquête de chiffre d’affaires à l’international.
Cette aide est ouverte du 01/10/2020 jusqu’au 31/12/2021.

À qui s’adresse le dispositif ?

A toute enteprise, PME et ETI de tout secteur d’activité (hors négoce à l’exception des produits agroalimentaires).

Pour quel projet ?

Ce dispositif concerne des prestations d’accompagnement à l’international, y compris digitalisées.

Ce dispositif comprend 2 types de prestations éligibles :

  • Les prestations individuelles (audit et diagnostic export, structuration de la stratégie export, priorisation des marchés et études, prestation de prospection individuelle, prestation de communication.)
  • Les prestations collectives, qui sont des prestations réalisées dans le cadre d’un évènement physique, digital ou phygital, visant à présenter et/ou promouvoir les produits et services de plusieurs entreprises françaises, reliées ou non entre elles (services de prospection à l’export vers des marchés cibles, participation à un pavillon France sur des salons à l’étranger.)

 

De quel type d’aide s’agit-il ?

Le Chèque France Export est une aide financière sous forme de subvention.

  • Pour les prestations individuelles : 50% des dépenses éligibles dans la limite de 2 000 € par chèque.
  • Pour les prestations collectives :
  • Dans le cadre d’un Pavillon France : 50% des dépenses éligibles dans la limite de 2 500 € par chèque,
  • Dans le cadre d’une opération BtoB : 50% des dépenses éligibles dans la limite de 1 500€ par chèque.

Un Chèque Relance Export porte sur une prestation ou séquence de prestations d’un montant minimum de 500 € HT.
Les entreprises pourront bénéficier du Chèque Relance Export après transmission et vérification de leur dossier d’éligibilité par une cellule dédiée à cette procédure et dans la limite de quatre dossiers par entreprise (deux pour les prestations individuelles et deux pour les prestations collectives). Le montant de l’aide sera versé à l’issue de la prestation, sur pièces justificatives.


 Le dispositif d’aide national « Chèque Relance Export » est cumulable avec l’aide régionale « Booster exportation », sous réserve d’éligibilité, dans la limite des plafonds prévus par les règlements respectifs de chacun des dispositifs.


L’article Eurasanté devient opérateur agréé du Chèque Relance Export de Business France ! apparaît en premier sur Eurasanté.

Cet appel à projets a pour but d’améliorer le taux de réussite de la France aux appels européens (« Horizon Europe ») et internationaux. Sont attendues dans le cadre de cet appel des propositions ayant pour objet de constituer un réseau scientifique, couvrant des sujets de toutes les disciplines. Ces demandes doivent répondre à des programmes européens ou internationaux de grande ampleur.

Les projets sélectionnés recevront une aide maximale de 30.000 € pour une durée maximale de 24 mois (sans prolongation possible). L’aide reçue financera exclusivement les actions permettant de définir des intérêts scientifiques et économiques pour le montage d’un projet européen ou international.

  • Axes et thèmes de recherche : Tous domaines scientifiques, tous thèmes mono- ou pluridisciplinaires.
  • Type de recherche : Fondamentale ou finalisée

Les propositions seront évaluées à l’une des deux sessions auxquelles correspondent les deux dates de clôture prévisionnelles suivantes :

  • Clôture de la soumission pour la session d’évaluation 1 : 02 mars 2021
  • Clôture de la soumission pour la session d’évaluation 2 : 07 juillet 2021

Contact : Paul Célestin BAKALA, PhD – Responsable de la coordination de l’Instrument MRSEI mmrsei@agencerecherche.fr

Pour toute information ou orientation concernant les appels « Horizon Europe », contactez Julien Holgard, chargé de projets européens à Eurasanté : jholgard@eurasante.com

L’article Appel à projets : Montage de Réseaux Scientifiques Européens ou Internationaux (MRSEI) apparaît en premier sur Eurasanté.

 
Du 6 octobre au 17 novembre 2020, les entrepreneurs ont pu déposer leur projet sur la plateforme de La Fabrique Aviva. Cet appel à projet s’est traduit par une formidable mobilisation, puisque ce sont 1150 projets qui ont ainsi été étudiés par leurs partenaires Mazars & Ticket For Change.
 
Suite à sa candidature validée,  Eppur (Freewheelchair) fait désormais partie des candidats de cette 5ème édition.
 

Prochaine étape : le vote du grand public. Ce dernier se réalisera sur la plateforme du 12 janvier au 9 février 2021. Des jurys régionaux seront ensuite organisés, composés d’experts et partenaires. Leur note comptera pour déterminer les 3 grands gagnants de chaque région. Ce sont ainsi 15 projets au total qui remporteront chacun 60 000 €.

Le meilleur projet de chaque région se présentera devant un jury final prestigieux, réuni à Paris. Celui-ci élira son projet coup de cœur, qui remportera 100 000 € supplémentaires.

 
 
À propos d’EPPUR :

Imaginez-vous quelques instants sur votre vélo roulant à allure modérée. Un croisement approche et vous décidez alors de freiner. Problème: votre vélo ne dispose pas de freins pour freiner vous devez saisir la roue de votre vélo à main nue et frotter avec la paume de votre main pour ralentir.Cela ne vous viendrait pas à l’idée de freiner de la sorte ?! On est d’accord.Pourtant c’est le quotidien des utilisateurs de fauteuil roulants : à chaque freinage leurs mains sont sollicitées comme des plaquettes de freins entraînant des brûlures des tensions au niveau des membres supérieurs des doigts coincés dans les rayons et tout cela pour une faible efficacité au freinage entravant encore un peu plus leurs déplacements.C’est fort de ce constat que Freewheelchair s’est donné une mission : redonner de la mobilité à ceux qui en ont le plus besoin.

 
À propos de La Fabrique AVIVA :
La Fabrique Aviva c’est, lors de chaque édition, 1 million d’euros versés aux entrepreneurs de l’économie sociale et solidaire. C’est aussi une aide concrète apportée au développement des projets candidats, grâce aux conseils de nos experts et partenaires.

L’article Eppur (Freewheelchair), candidat à la 5ème édition de La Fabrique Aviva apparaît en premier sur Eurasanté.

 
Du 6 octobre au 17 novembre 2020, les entrepreneurs ont pu déposer leur projet sur la plateforme de La Fabrique Aviva. Cet appel à projet s’est traduit par une formidable mobilisation, puisque ce sont 1150 projets qui ont ainsi été étudiés par leurs partenaires Mazars & Ticket For Change.
 
Suite à sa candidature validée, Carenova (Payelo) fait désormais partie des candidats de cette 5ème édition.
 

Prochaine étape : le vote du grand public. Ce dernier se réalisera sur la plateforme du 12 janvier au 9 février 2021. Des jurys régionaux seront ensuite organisés, composés d’experts et partenaires. Leur note comptera pour déterminer les 3 grands gagnants de chaque région. Ce sont ainsi 15 projets au total qui remporteront chacun 60 000 €.

Le meilleur projet de chaque région se présentera devant un jury final prestigieux, réuni à Paris. Celui-ci élira son projet coup de cœur, qui remportera 100 000 € supplémentaires.

 
 
À propos de carenova :

L’ambition de Carenova est de soulager les aidants familiaux dans la gestion des dépenses courantes et de lutter contre la maltraitance financière des personnes vulnérables. Le projet a été sélectionné en juin dernier par le concours innovation Silver Surfer. 

 

À propos de La Fabrique AVIVA :
La Fabrique Aviva c’est, lors de chaque édition, 1 million d’euros versés aux entrepreneurs de l’économie sociale et solidaire. C’est aussi une aide concrète apportée au développement des projets candidats, grâce aux conseils de nos experts et partenaires.

L’article Carenova (Payelo), candidat à la 5ème édition de La Fabrique Aviva apparaît en premier sur Eurasanté.

Afin de soutenir l’innovation, le Gouvernement a bâtit un Programme d’investissements d’avenir simplifié (PIA4), prenant mieux en compte les réalités territoriales et répondant aux enjeux de la transition écologique, de la compétitivité et de l’indépendance de notre économie.

Avec 20 Md€ sur cinq ans, dont 11 Md€ dans le cadre du plan de relance, “ce PIA4 entièrement dédié à l’ESRI doit permettre d’armer notre pays pour garantir le maintien de sa compétitivité”, écrit le Premier ministre Jean Castex dans le dossier de présentation du programme, publié jeudi 7 janvier 2021.

Après l’hydrogène, le gouvernement annonce que le quantique, la cybersécurité et le volet “enseignement et numérique” bénéficieront de “financements exceptionnels” au titre des “stratégies d’accélération prioritaires”.
Par ailleurs, un nouveau comité de surveillance est mis en place.

Ce PIA4 accompagnera les projets innovants et les nouveaux modèles d’affaires ou d’usages porteurs d’indépendance, de résilience et de création de valeur pour l’économie nationale et l’ensemble des territoires ; en finançant le développement de la recherche, de la Propriété industrielle, des savoir-faire, des capacités industrielles de pointe, ou encore de technologies et services innovants pour le marché français et international.

 

CE NOUVEAU PIA FINANCERA 2 VOLETS :

12,5 MD€ POUR LE VOLET DIT “INNOVATION DIRIGÉE”

À travers ces stratégies globales, l’État finance “des investissements exceptionnels dans quelques filières et technologiques émergentes et prioritaires” : les technologies numériques, la recherche médicale et les industries de santé, les énergies décarbonées, l’agriculture responsable et la souveraineté alimentaire, les transports et mobilités durables, les villes de demain, l’enseignement numérique, les industries culturelles et créatives….

 

Quatre stratégies d’accélération déjà initiées par le gouvernement :

  • Le développement de l’hydrogène décarboné
    L’hydrogène décarboné est un vecteur énergétique “indispensable à la neutralité climatique”. Il permet de “verdir des secteurs entiers de l’économie, en particulier ceux pour lesquels l’électrification est impossible, dans l’industrie ou la mobilité”.
  • La cybersécurité
    Dans une société de plus en plus numérisée, la France et l’Europe “doivent se doter de capacités propres de cybersécurité, indispensables pour préserver la souveraineté et protéger les citoyens (données personnelles, libertés individuelles, objets connectés)”.
  • Le quantique
    La rupture technologique d’ampleur que promettent les technologies quantiques d’ici 5 ou 10 ans fait du soutien à ce secteur un “impératif économique et souverain”.
  • Enseignement et numérique
    Les enjeux de continuité pédagogique pendant le confinement ont remis en évidence la nécessité de disposer d’une stratégie “enseignement et numérique” de l’école maternelle à l’université.

 

11 stratégies nationales soumises à la consultation
Par ailleurs, le gouvernement a décidé “d’ouvrir à la consultation l’élaboration de 11 autres stratégies nationales dans les domaines suivants” :

  • Une alimentation favorable à la santé ;
  • Systèmes agricoles durables et équipements agricoles contribuant à la transition écologique ;
  • Le recyclage et la réincorporation de matériaux recyclés ;
  • Solutions pour des villes durables et résilientes ;
  • La décarbonation de l’industrie ;
  • Industries culturelles et créatives françaises ;
  • Digitalisation et décarbonation des mobilités ;
  • Santé digitale ;
  • Biothérapie et bioproduction de thérapies innovantes ;
  • Produits biosourcés et biotechnologies industrielles ;
  • 5G et futures technologies de réseaux de télécommunications.

 

7,5 MD€ POUR LE VOLET DIT “INNOVATION STRUCTURELLE”

Grâce à ce nouveau PIA4, l’état garantit ainsi un financement structurel pérenne et prévisible aux écosystèmes et organismes d’enseignement supérieur (Universités de recherche, laboratoire d’excellence…), de recherche et d’innovation (IHU, Institut de recherche technologique,…) pour faire de la France le terreau le plus fertile et attractif en Europe pour les étudiants, les enseignants, les chercheurs et les entrepreneurs.

Cet engagement de l’État permettra de “renforcer la dynamique impulsée il y a dix ans, de transformation et de regroupement des sites académiques (idex ou isite), la numérisation de l’ESR, le financement des laboratoires et programmes de recherche de grande ampleur (PPR, équipex, labex), l’effort en matière de recherche biomédicale (IHU et RHU), la consolidation des Satt et le soutien aux IRT et aux ITE.

 

Un PIA plus vert

“Au moins un tiers des investissements” du PIA4 seront en faveur de la transition écologique et énergetique. En ce sens, une grande partie des nouvelles stratégies d’innovation prioritaires du PIA4 seront “dédiées a la transition écologique, qu’il s’agisse de transformer les systèmes agricoles, décarboner l’industrie ou accompagner la transformation des villes”.

The post Le gouvernement acte le lancement du PIA 4, “entièrement dédié à l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation” appeared first on Clubster NSL.

 
Du 6 octobre au 17 novembre 2020, les entrepreneurs ont pu déposer leur projet sur la plateforme de La Fabrique Aviva. Cet appel à projet s’est traduit par une formidable mobilisation, puisque ce sont 1150 projets qui ont ainsi été étudiés par leurs partenaires Mazars & Ticket For Change.
 
Suite à sa candidature validée, Kelindi, avec son projet AppLongévité, fait désormais partie des candidats de cette 5ème édition.
 

Prochaine étape : le vote du grand public. Ce dernier se réalisera sur la plateforme du 12 janvier au 9 février 2021. Des jurys régionaux seront ensuite organisés, composés d’experts et partenaires. Leur note comptera pour déterminer les 3 grands gagnants de chaque région. Ce sont ainsi 15 projets au total qui remporteront chacun 60 000 €.

Le meilleur projet de chaque région se présentera devant un jury final prestigieux, réuni à Paris. Celui-ci élira son projet coup de cœur, qui remportera 100 000 € supplémentaires.

 
 
À propos dE KELINDI :

Kelindi est une société innovante qui crée des intelligences de détection précoce des dynamiques bio-médicales. Elle s’intéresse à l’apparition des troubles du neuro-développement et des maladies chez les enfants et les seniors.

 
À propos de La Fabrique AVIVA :
La Fabrique Aviva c’est, lors de chaque édition, 1 million d’euros versés aux entrepreneurs de l’économie sociale et solidaire. C’est aussi une aide concrète apportée au développement des projets candidats, grâce aux conseils de nos experts et partenaires.

L’article Kelindi, candidat à la 5ème édition de La Fabrique Aviva apparaît en premier sur Eurasanté.

 
Du 6 octobre au 17 novembre 2020, les entrepreneurs ont pu déposer leur projet sur la plateforme de La Fabrique Aviva. Cet appel à projet s’est traduit par une formidable mobilisation, puisque ce sont 1150 projets qui ont ainsi été étudiés par leurs partenaires Mazars & Ticket For Change.
 
Suite à sa candidature validée, MOHA fait désormais partie des candidats de cette 5ème édition.
 

Prochaine étape : le vote du grand public. Ce dernier se réalisera sur la plateforme du 12 janvier au 9 février 2021. Des jurys régionaux seront ensuite organisés, composés d’experts et partenaires. Leur note comptera pour déterminer les 3 grands gagnants de chaque région. Ce sont ainsi 15 projets au total qui remporteront chacun 60 000 €.

Le meilleur projet de chaque région se présentera devant un jury final prestigieux, réuni à Paris. Celui-ci élira son projet coup de cœur, qui remportera 100 000 € supplémentaires.

 
 
À propos DE MOHA :

La startup MOHA accompagne les entreprises dans la co-construction d’une culture du bien-être pour leurs collaborateurs, grâce aux collaborateurs. Leur ambition est de permettre à chacun de profiter pleinement de sa vie professionnelle dans un cadre dans lequel il s’épanouit à 100% ! Ils analysent les besoins en terme de bien-être et de santé de toutes entreprises et/ou institutions et de ses collaborateurs, puis actionnent les solutions les plus adaptées aux besoins qui sont observés.

 
À propos de La Fabrique AVIVA :
La Fabrique Aviva c’est, lors de chaque édition, 1 million d’euros versés aux entrepreneurs de l’économie sociale et solidaire. C’est aussi une aide concrète apportée au développement des projets candidats, grâce aux conseils de leurs experts et partenaires.

L’article MOHA, candidat à la 5ème édition de La Fabrique Aviva apparaît en premier sur Eurasanté.

Communiqué de presse
18 décembre 2020

 

Conseil métropolitain 18 décembre 2020 :

Santé et alimentation :

La Métropole Européenne de Lille soutient financièrement la construction du Hub Eurasanté, future vitrine emblématique des activités de la filière santé régionale

 

Implanté au coeur du plus grand campus hospitalo-universitaire d’Europe, le Parc Eurasanté, site d’excellence de la Métropole Européenne de Lille (MEL) regroupe aujourd’hui près de 3 500 salariés, répartis sur 190 entreprises en lien direct avec 7 hôpitaux, 50 laboratoires de recherches, 4 universités et 6 écoles paramédicales. Le Parc Eurasanté est très étendu géographiquement (300 hectares) mais ne dispose pas d’un lieu emblématique, point de convergence pour tous les usagers. En réponse à cette problématique, le GIE Eurasanté, structure animatrice de cette filière a lancé un projet de construction d’un lieu unique : le Hub Eurasanté.

Le Hub Eurasanté, qui a pour vocation d’être le carrefour des flux de la filière santé se veut être un lieu accessible à tous les publics et qui puisse attirer différents profils : les acteurs de la formation, les industriels, les équipes de recherche publique et privée, les acteurs du soin au contact quotidien des patients et les partenaires institutionnels de la filière santé régionale (institutions locales, institutions financières, cabinets d’expertise, sponsors, etc…).

 

Ce projet de construction vise à répondre à 4 objectifs :

  • fédérer les acteurs de la filière santé de tous profils autour d’un lieu unique dans le but de renforcer leur sentiment d’appartenance à une filière commune ;
  • mutualiser les ressources et services propres à chacun, au service d’un meilleur développement de tous ;
  • favoriser l’innovation grâce à des échanges transdisciplinaires facilitant l’inventivité et la créativité ;
  • incarner les forces de la filière santé régionale.

Pour concourir au développement de cette dynamique filière économique de la santé sur son territoire, les élus métropolitains ont voté ce jour un soutien financier de 3,125 millions d’euros déstiné à la création du Hub Eurasanté.

« Soutenir financièrement la création du Hub Eurasanté participe à notre volonté d’accompagner le développement de la filière santé régionale et de contribuer à son rayonnement à l’échelle nationale et internationale. Ce projet sera également un outil d’attractivité important pour notre territoire, contribuant à la création d’emplois et au développement économique régional. Ce lieu emblématique sera la vitrine d’une métropole innovante et dynamique dans le domaine de la santé » déclare Damien Castelain, Président de la Métropole Européenne de Lille.

 

Un lieu unique pour dynamiser la filière santé des Hauts-de-France

La création du Hub Eurasanté est un projet structurant qui donnera un nouvel élan au Parc Eurasanté. Celui-ci influencera la création et l’implantation de nouvelles entreprises et attirera de nouveaux talents.

Parce qu’il est amené à représenter la filière santé des Hauts-de-France, le Hub se doit d’être un lieu singulier, disposant d’une pâte architecturale forte et reconnaissable tout en s’inscrivant dans son environnement particulier qu’est le Parc Eurasanté. Ce nouveau bâtiment se développera sur une surface de 2 800 m² répartis sur 4 étages.

Dans le détail, le HUB Eurasanté sera composé de :

  • un pôle public de 556 m² englobant les fonctions de hall, accueil, showroom, cafétéria, salles de conférences et de réunions, commodités logistiques ;
  • un espace start-up et laboratoires de recherche de 1 241 m² permettant d’accroître le nombre d’entreprises accompagnées dans le cadre du dispositif de bio-incubation ;
  • une espace de 300 m² qui accueillera les équipes du GIE Eurasanté ;
  • une usine école à destination des acteurs de l’industrie pharmaceutique de 600 m².

Le coût global du projet est de 12,8 M€ dont 7,350 M€ pour les travaux et 771 750 € de prestations intellectuelles. Le projet, en intégrant les coûts de fonctionnement sur 60 mois représente un coût de 15 M€.


À propos de la MEL

Au service des 95 communes qui la composent, la Métropole Européenne de Lille agit au quotidien pour 1,2 million d’habitants. Elle est compétente dans les domaines essentiels suivants : transport, logement, économie, énergie, espace public et voirie, aménagement et urbanisme, politique de la ville, eau, assainissement, déchets ménagers, accessibilité handicap, nature et cadre de vie, culture, sport, tourisme, crématoriums. Le Conseil de la Métropole, présidé par Damien Castelain depuis sa réélection du 9 juillet 2020, est composé de 188 membres élus pour 6 ans.

www.lillemetropole.fr

 

Contact presse

Agathe Lavalée

alavalee@lillemetropole.fr

03 20 21 23 50

L’article La Métropole Européenne de Lille soutient financièrement la construction du Hub Eurasanté, future vitrine emblématique des activités de la filière santé régionale apparaît en premier sur Eurasanté.